[France Bleu] La relance éco : une nouvelle usine de masques s’installe à Bondy et crée 40 emplois

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Les usines de masques chirurgicaux ont poussé comme des champignons pendant la crise. Rien que chez nous, elles sont au Blanc Mesnil en Seine-Saint-Denis, à Meudon dans les Hauts-de-Seine et bientôt aussi à Lieusaint en Seine-et-Marne.

Et si ces usines ont quelques peu ralenti la cadence, au moment du déconfinement, vendant difficilement leurs masques à des Français et Franciliens en quête de grand air et de liberté, le rebond de l’épidémie et les mesures de protection qui l’accompagnent depuis quelques semaines, ont redonné un coup de booste à la filière. Le masque devient obligatoire en extérieur dans de nombreux quartiers, centres villes de la capitale et de l’Île-de-France notamment. Le masque est obligatoire en openspace au bureau dès le 1er septembre aussi.

 

Franck Boubli : « Nous comptons doubler notre capacité de production d’ici 2021, et donc la main-d’oeuvre qui va avec. »‘

A Bondy, en Seine-Saint-Denis, Franck Boubli, cofondateur de l’usine « Masque de France », ne se fait donc aucun souci pour l’avenir. « La France a encore doublé sa capacité de production, passant de 20 millions à 40 millions et espère atteindre les 100 millions d’ici la fin de l’année », calcule l’entrepreneur. 

« Pas de problème pour trouver des clients », confie ainsi celui qui vend depuis trois semaines dorénavant à des entreprises privées devant fournir le masque à leurs salariés, à des groupements d’EHPAD aussi et bientôt « directement aux particuliers ». « Masque de France » serait ainsi la première entreprise à proposer la vente en ligne, à des prix défiant toute concurrence promet Franck Boubli. « 19,90€ la boîte de 50 masques ».

Un masque « 100% Île-de-France »

Le tout est produit localement, se vante l’entreprise. « Tout est fait dans notre usine de Bondy, de la mise en place, à la fabrication, la découpe, la mise des élastiques. » Un approvisionnement local et maîtrisé, une réduction de l’empreinte carbone, dit la plaquette de l’entreprise.

Et les emplois sont locaux, insiste aussi l’entrepreneur. « Nous n’embauchons que des gens du département » de Seine-Saint-Denis. Quarante emplois créés jusqu’ici et « nous comptons doubler notre capacité de production d’ici 2021 et donc la main-d’œuvre qui va avec. Nous avons besoin d’un minimum de six salariés par machine de production. Plus on aura de machines, plus on aura de salariés », conclut Franck Boubli.

Faustine Mauerhan
France Bleu Paris

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez avant tout le monde nos offres promotionnelles et notre actualité.

Plus d'actualités

Masque de France en TV !

Découvrez la nouvelle campagne TV de Masque de France, le masque chirurgical made in Île-de-France.

Vous n'avez pas encore vos masques ?

Commandez dès maintenant nos masques "Made in Île de france".